26 avril / 18 mai 2013
Exposition de photographies de Serge Galdans le cadre du 20ème anniversaire de Carré d’Art
Le Carré d’Art, image de Serge Gal.

La série de photographies que Serge Gal a consacrée au Carré d’Art en 1993, peu avant l’ouverture du musée, répondait à une commande publique, proposée par la ville de Nîmes. Vingt ans plus tard, on reconnaît dans ces images le fruit d’un projet personnel achevé, attentif à l’univers conçu par l’architecte Norman Forster, mais guidé par la poursuite d’une œuvre dédiée aux fastes de la lumière. En imposant à chaque prise de vue une tonalité de gris clairs, Serge Gal a pris possession des espaces de ce bâtiment en fin d’élaboration, et les a choisis parcourus de lignes graphiques formées aussi bien par les rampes, les piliers et les découpes du verre que par les ombres projetées çà et là sur les murs et plafonds.
Le site se prêtait à des compositions géométriques, mais le photographe a su trouver les cadrages et les transparences propres à transformer la vue d’un chantier en une chambre claire reflétant une poésie plastique. Sous son regard, les lignes de force de la construction, coudées, droites ou obliques, s’entrecroisent pour devenir des corps flottant dans une atmosphère épurée, propice à la contemplation. Une salle presque vide aux portes fenêtres grandes ouvertes sur la terrasse du musée récupère des taches de soleil triangulaires, carrées et trapézoïdales sur les vitres et sur le sol comme pour préfigurer les installations artistiques qui y seront exposées. A d’autres endroits, il s’attarde sur des cartons ou des emballages contenant des œuvres d’art qui, pour ceux qui connaissent son œuvre, produisent une impression de déjà-vu : une référence à la série des colis ficelés que le photographe semblait n’avoir réaliser que dans l’intention de frustrer le spectateur de son droit de regard sur le dessous des apparences, et cela, pour laisser surgir la dimension impressionnante que la photographie tire du seul fait de naître d’une impression de la lumière.
A l’image de toute son œuvre, ce reportage professionnel part du principe que la rigueur, tant à la prise de vue qu’au tirage, est la condition de la beauté. Serge Gal fut le disciple et le continuateur d'Ansel Adams en France. Il a pratiqué et enseigné le Zone System aux fins de poursuivre, comme son ombre, le pourtour exact de ses intuitions incorporées dans les objets sur lesquels il venait fixer le regard. Ces images muséales nous rappellent aujourd’hui qu’il fut un grand maître de la lumière, pionnier dans l’érection de sculptures photographiques monumentales ou dans l’élaboration de monochromes surdimensionnés, porteurs des traces d’objets méconnaissables ou inconnus.
Il ne fait aucun doute que l’espace du Carré d’Art a favorisé pour Serge Gal une rencontre avec lui-même : tout d’abord parce qu’une architecture de verre est un lieu rêvé pour un écrivain de lumière – le photographe qu’il a été au sens plein du terme ; mais aussi à cause du nom magique de ce grand musée de Nîmes qui pourrait servir de titre à l’ensemble de son œuvre.
Robert PUJADE

mentions légales
www.lelacgele.org
© le lac gelé- Lieu de phénomènes photographiques 2017
LE LIEU  EXPOSITIONS Expositions 2017 Expositions 2016 Expositions 2015 Précédentes  EXPOS EN LIGNE  PROPOS STAGES  LIENS PARTENAIRES CONTACT
 
Chargement des bibliothéques...