FRÉDÉRIC MARTIN
LE BLUES DE LA VILLE INTÉRIEURE

Le Blues de la Ville Intérieure est un voyage à rebours ; le retour dans une cité bouleversée à la recherche des traces de l’enfance, une déambulation dans des lieux qui ne seront plus jamais les mêmes mais qui restent immuables. J’ai donc décidé d’y revenir, de retrouver cette ambiance profondément mélancolique qui m’habitait à l’époque.

Le Blues de la Ville Intérieure est aussi un voyage immobile. C’est une échappée dans mes souvenirs, alors que la vie se charge de faire disparaître ceux-ci de ma mémoire, pour les retrouver et les conserver tels quels.

C’est enfin un voyage dans la mémoire de Clermont-Ferrand, la mémoire d’une ville industrieuse, le noir des pierres, les nuages et les rues désertes ; les endroits pleins de ceux que j’y ai connus, aimés et qui ont disparu depuis.

Frédéric Martin | artiste

vernissage
avec une intervention de l’artiste

vendredi 26 avril à 18h

l’artiste sera également
présent à la galerie le samedi 27

exposition du 26 au 28 avril de 14h à 20h
puis sur rendez-vous jusqu’au 23 juin 2024

Maladroit que je suis, des images de Frédéric Martin, je n’avais d’abord retenu que la facture très classique : du noir & blanc, avec beaucoup de grain et de vignettage.

Puis un autre aspect m’est apparu, cette apparence granuleuse des images les décontextualise, en fait des icônes. Il m’explique ensuite ne pas mettre de voitures ni d’affiches dans le champ, ni rien qui permette de les situer dans le temps. Elles ont la texture des souvenirs d’enfance, qui ne sont pas encore ordonnés par l’esprit logique de l’adulte. Certaines images, pauvres et énigmatiques, font surface, ici ou là, sans qu’on sache vraiment pourquoi elles arrivent à ce moment ni exactement d’où elles viennent. L’émotion que ces images ont enregistrée s’est effacée, tout en restant présente. Le fonctionnement de la mémoire nous échappe.

Ah, oui ! Frédéric Martin pratique la méditation. Et il écrit aussi. Il écrit sur les photographies des autres, prêtant une extrême attention à autrui, prenant le contrepied de trop nombreux artistes qui ne regardent que leur propre travail.

Richard Petit | curateur 

Frédéric Martin photographe :
fmartin.art

Frédéric Martin auteur :
5ruedu.fr